Janssen Cilag

Janssen Cilag


JANSSEN-CILAG France

Janssen-Cilag axe sa recherche et développement sur des domaines thérapeutiques hautement spécialisés : la psychiatrie, l’infectiologie, l’antibiothérapie, la cancérologie ou encore l’antalgie.
Engagé dans l’innovation thérapeutique, Janssen-Cilag va plus loin : le laboratoire vise la prise en charge globale des maladies par un travail pluridisciplinaire. Pour assurer celle-ci, il crée, développe et supporte des actions, des services et des programmes.

A l’écoute de l’ensemble des acteurs de santé : médecins, personnel soignant, patients, société civile…, nos équipes oeuvrent pour répondre à leurs attentes en visant le bien et la santé de tous. Innovation, écoute et partage des connaissances constituent les valeurs clés de Janssen-Cilag.

Première filiale européenne pharmaceutique de Johnson & Johnson

Janssen-Cilag France est présidé depuis le 11 avril 2005 par Sabine Dandiguian. Première filiale européenne du secteur pharmaceutique du groupe Johnson & Johnson, l’entreprise a réalisé en 2007 un chiffre d’affaires de 840 millions d’euros et investi 8,5 millions d’euros dans la recherche et développement en oncologie et en virologie.

Janssen-Cilag France, c’est 1 603 collaborateurs :
– 397 au siège social, à Issy-les-Moulineaux ;
– 606 visiteurs médicaux ;
– 600 à Val-de-Reuil, son centre de recherche.

DES DOMAINES THERAPEUTIQUES HAUTEMENT SPECIALISES
Janssen-Cilag axe sa recherche et développement sur des domaines thérapeutiques hautement spécialisés : la psychiatrie, l’infectiologie, l’antibiothérapie, la cancérologie ou encore l’antalgie.

INFECTIOLOGIE
Janssen-Cilag est le seul laboratoire à orienter sa recherche et développement en infectiologie sur des pathologies telles que le VIH/SIDA, la tuberculose, l’hépatite C ou encore les infections nosocomiales, où les besoins thérapeutiques restent encore aujourd’hui non satisfaits.

Janssen-Cilag, un acteur dans le VIH
A travers Tibotec, Janssen-Cilag s’est engagé à combler les besoins médicaux des patients atteints par le VIH/Sida : cette division découvre et développe des antirétroviraux innovants, offrant de multiples options thérapeutiques aux patients.
Conscient du défi considérable que représente l’épidémie mondiale du VIH/Sida et de sa responsabilité, le laboratoire rend ses produits accessibles aux patients qui en ont le plus besoin, notamment dans les pays en voie de développement.

L’HEMATOLOGIE
Une recherche récompensée au niveau international
Le bortézomib, un inhibiteur puissant et sélectif du protéasome, est issu d’un programme de recherche sur les mécanismes fondamentaux de la cancérogenèse impliquant des équipes internationales de recherches académiques et industrielles, parmi lesquelles plusieurs équipes de cliniciens français. Ces études ont permis de démontrer qu’en inhibant sélectivement et d’une façon réversible le protéasome le bortézomib stoppait le cycle cellulaire et induisait l’apoptose (mort de la cellule).
En 2004, trois scientifiques ont reçu le prix Nobel de chimie 2004 pour leurs travaux portant sur la dégradation des protéines dans la cellule. Aaron Ciechanover, Avram Hershko et Irwin Rose, prix Lasker en 2000 (une des plus hautes récompenses après le prix Nobel) ont découvert le mécanisme permettant à la cellule de dégrader les protéines devenues elles-mêmes potentiellement dangereuses.

LA DOULEUR
Un acteur historique et pionnier dans la prise en charge de la douleur
Précurseur de l’analgésie en Europe, Janssen-Cilag est engagé dans la lutte contre la douleur depuis plus de 50 ans. Aujourd’hui, la majorité des protocoles utilisés en anesthésie contient au moins un produit issu de la recherche Janssen-Cilag.
La force de Janssen-Cilag tient à de nouveaux modes d’administration, tels la voie transdermique, qui créent de nouvelles alternatives aux traitements existants pour les professionnels de santé et pour leurs patients.
Aujourd’hui, Janssen-Cilag poursuit son partenariat avec les professionnels de santé en mettant à leur disposition une technologie innovante pour le traitement de la douleur post-opératoire.

LA PSYCHIATRIE
Schizophrénie : un engagement de plus de 50 ans
Janssen-Cilag a révolutionné la prise en charge de la schizophrénie, en développant plusieurs molécules de référence : l’halopéridol en 1958 ; la rispéridone, premier représentant d’une nouvelle classe chimique ; les antipsychotiques atypiques en 1996 – récompensés par le prix Galien. En 2005, avec l’arrivée du premier antipsychotique atypique à libération prolongée sous forme injectable, Janssen-Cilag propose, encore une fois, une nouvelle approche thérapeutique adaptée à la prise en charge au long cours des patients schizophrènes.

L’information aux patients
Depuis 1997, Janssen-Cilag a développé plusieurs programmes pédagogiques d’accompagnement des patients et de leur entourage. Ces programmes ont pour objectifs :
– de mieux faire comprendre aux patients et à leurs proches la pathologie ;
– d’améliorer la qualité de vie des patients et de leur entourage ;
– de les aider à se responsabiliser.

L’enjeu est aujourd’hui de prévenir les complications sévères de certaines maladies chroniques en éduquant les patients pour qu’ils participent activement et volontairement au traitement de leur affection. Pour Janssen-Cilag France, accompagner les malades et leur entourage, c’est proposer un service complémentaire à la fabrication et à la prescription du médicament, afin de contribuer à son efficacité.

Site web : www.janssen-cilag.fr

TwitterLinkedInViadeoFacebook